Agenda saison 17/18

LE LIVRE, tragi-comédie
LE LIVRE, tragi-comédie Renaud Marie Leblanc
« Sur un siège de bus marseillais, un livre qui semble n’appartenir à aucun des passagers alentour. Son titre LE MAUVAIS ŒIL se détache en noir sur le blanc de la couverture et sur sa page de garde, une dédicace manuscrite signée M. qui dit : Qu'avons-nous à perdre ? » A partir de cette injonction fictionnelle donnée par le Mucem dans le cadre de l'exposition ROMAN-PHOTO, j'imagine ce qui a pu conduire à cette image matrice.
  • Auditorium du Mucem

    7 Promenade Robert Laffont, 13002 Marseille

    samedi 20 janvier 2018 à 12h00

    Informations / réservations : entrée libre

SPECTACLES DISPONIBLE
EN TOURNÉE
PROJETS EN CRÉATION
  • LE LIVRE, tragi-comédie

    « Sur un siège de bus marseillais, un livre qui semble n’appartenir à aucun des passagers alentour. Son titre LE MAUVAIS ŒIL se détache en noir sur le blanc de la couverture et sur sa page de garde, une dédicace manuscrite signée M. qui dit : Qu'avons-nous à perdre ? » A partir de cette injonction fictionnelle donnée par le Mucem dans le cadre de l'exposition ROMAN-PHOTO, j'imagine ce qui a pu conduire à cette image matrice.
  • PIERRE EST UN PANDA

    Plaidoyer pour la diversité, pour la liberté des enfants, pour un imaginaire sans borne, la pièce place au centre deux enfants, Pierre et Maria, confrontés à leurs familles portant des valeurs opposées, et qui veulent s’émanciper du monde des adultes empêtrés dans leurs certitudes, pour vivre ce qu’ils sont. Ce qui me plait chez Christophe Pellet, et qui se retrouve de nouveau en oeuvre de manière flagrante et directe dans Pierre est un Panda, c’est sa capacité à capter quelque chose d’essentiel dans l’air du temps, et de le projeter avec immédiateté.
  • GOODBYE EUROPA, Lost Words

    Goodbye Europa, Lost Words va puiser dans les Évangiles et l’Apocalypse de Jean un substrat mythologique et une certaine symbolique permettant d’interpréter le lien profond entre un système de marché et une vision bien précise du monde qui se sont imposés de façon hégémonique dans la société occidentale contemporaine. Tous deux basés sur la nécessité d’attribuer une valeur (économique, linguistique) univoque et définissable à tous les éléments, dans un système stable capable d’imposer un ordre à la réalité ; et, pour cette raison même, tous deux incapables de la comprendre dans sa totalité.